La période John Gardner (1981-1996)

De Kingsley Amis à William Boyd...
Répondre
Lance
Nouveau CJBiste
Nouveau CJBiste
Messages : 4
Enregistré le : 30 août 2011, 11:32

La période John Gardner (1981-1996)

Message par Lance » 31 août 2011, 20:10

Voici un topic consacré aux sujets qui traitent de l'ensemble des romans écrits par John Gardner, par exemple des classements des romans, des idées communes à plusieurs romans, des défauts associés à ses romans en général...

Je commence donc par un petit classement de ceux que j'ai lu, brièvement argumenté et avec quelques spoliers (je posterai un avis plus développé dans les topics des romans en question) :
1) Une question d'honneur
Ce doit être le second roman de Gardner que j'ai lu. Intrigue solide, retour du SPECTRE dans la continuité de Mission Particulière, les scènes d'actions sont bien faites, plein de bonnes idées (la Bentley, le centre d'entraînement, la bataille de Bunker Hill..). Bref, j'en oublie facilement ses quelques petits défauts.
2) Nobody lives forever
Pour son cinquième roman, John Gardner abandonne les histoires de complots complexes pour une intrigue simple mais diablement efficace : le SPECTRE met la tête de 007 à prix, et il se retrouve traqué par toutes les organisations criminelles du monde. Morts violentes, trouvailles macabres en tout genres (dont une chauve-souris transgénique ! ), que du bonheur, malgré une fin un petit peu rapide.
3) Permis renouvelé (Opération Warlock)
Gardner remet James Bond sur les rails, en mettant l'accent sur son côté "chevalier qui affronte le dragon et sauve la damoiselle dans le château". Efficace.
4) Opération brise-glace
Roman déroutant, rempli de trahisons et de changement de camps, avec un bon suspense et de bon moments (torture, le bunker...)
5) Mission particulière
Pour le moment, le roman le plus "filmesque" de l'auteur pour moi, avec ses bons moments, et des éléments qui prêtent un peu malheureusement à sourire.
6) L'Homme de Barbarrossa
J'avais beaucoup apprécié ce premier roman de Gardner que je lisais, dont l'ambiance et le déroulement s'éloignent de beaucoup (trop?) de James Bond pour lorgner du côté de John Le Carré et Tom Clancy.
7) Seafire
Une intrigue un peu tortueuse, un peu décousue, mais avec de bon moments (dont le meilleur climax de son œuvre pour moi.)
8) COLD Fall
De bonne idées dans ce dernier roman, mais il manque quand même le souffle épique de 007 et plombé par plusieurs éléments, les double-crosses et la fin notamment.

Ce que je trouve intéressant chez Gardner, c'est d'abord cette volonté de créer un univers qui se démarque de celui de Fleming : à l'inverse des romans de Benson, très peu de personnages sont repris des romans de base, à part M, Monneypenny et Félix Leiter. A l'inverse, les nouveau personnages se retrouvent dans plusieurs romans, il y a un jeu de citation qui donne un de la cohérence à l’œuvre. Pareil pour l'aspect technique, avec la Saab 900 dans les trois premiers romans, l'ASP à partir d'Une Question d'honneur ...
Puis il y a le côté technique, les gadgets sont présents mais pas fantaisistes comme ils peuvent l'être dans certain films, ils sont décrits, leur fonctionnement technique est bien expliqué.

Et vous, que pensez-vous des romans de John Gardner?

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: La période John Gardner (1981-1996)

Message par GUY007 » 04 sept. 2011, 23:27

Mes romans préférés de Gardner sont Mission particulière et Une question d'honneur, qui voit le retour du SPECTRE, Scorpius pour l'idée de terroristes kamikazes ainsi que certaines scènes qui font frémir et Gagner perdre et mourir.
Ce qui était énervant avec Gardner, comme tu le fais remarquer pour Opération brise glace, c'est le fait de toujours mettre des traitres qui au départ étaient des alliés. Si au début c'est surprenant, à la fin, c'est lassant et parfois ça frôle l'incohérence (pourquoi un allié de Bond ne lui dit-il pas, par exemple au début de la mission qu'il va se faire passer pour un traitre ?).
J'ai lu il y a peu No deal mr Bond, et bien, dès que l'auteur a présenté un personnage, je me doutait qu'il serait le traitre...

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: La période John Gardner (1981-1996)

Message par Commander Bond » 24 sept. 2011, 19:13

Pour les fans de John Gardner. Une réédition de ses cinq premiers romans va sortir le dix novembre, en édition limitée.

http://commander-james-bond.netne.net/blog/?p=187
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: La période John Gardner (1981-1996)

Message par GUY007 » 24 sept. 2011, 19:38

Il est dommage je trouve qu'il n'y ait pas de traduction française prévue (car les déchiffrer en anglais me prend beaucoup de temps).
Mais bon, j'ai quand même les quatre premiers en français.

Avatar de l’utilisateur
Francisco
CJBiste interessé
CJBiste interessé
Messages : 64
Enregistré le : 08 déc. 2012, 12:50
Localisation : Scaramanga's Island
Contact :

Re: La période John Gardner (1981-1996)

Message par Francisco » 09 déc. 2012, 17:32

J'en ai lu plusieurs. La relève de Fleming était impossible à prendre. Ces romans font plus penser aux films qu'à l'oeuvre de Fleming. "License Renewed" fait plus penser à un scénario de film qu'à un livre. Publié dans le désordre en France d'abord chez Belfond, puis Lefrancq, ces pastiches n'ont ni le charme de Fleming, ni celui des films. Le plus absurde est la novelisation de "Permis de tuer" avec Félix Leiter re-mutilé.
Road Dalh (On ne vit que deux fois) et John Logan (Skyfall) ont livré de meilleurs scénarii que tout Gardner réuni.
Per ora, e per il momento da venire - To this moment, and the moment yet to come

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: La période John Gardner (1981-1996)

Message par GUY007 » 19 févr. 2013, 13:54

A partir du moment où Gardner a dû faire la novélisation, il n'avait pas d'autres choix que de remutiler Leiter. Je trouve cependant qu'il ne s'y prend pas trop mal. Il essaie quand même de garder les caractéristiques du personnage littéraire, à savoir qu'il a déjà un crochet.

Par contre, ce que je n'ai pas compris, c'est pourquoi il a écrit que dans "Vivre et laisser mourir" sa première femme était déjà morte...

Répondre