Les CJBistes analysent Goldeneye

"Ne flambez pas tout tout de suite"
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Commander Bond » 19 juil. 2011, 00:29

Après six ans d'absence, la faute a des soucis juridiques, James Bond revient au cinéma avec cette fois, Pierce Brosnan dans le rôle de 007. L'acteur était déjà pressenti pour le rôle en 1987, mais son contrat pour Remington Steele l'en avait empêché, et Timothy Dalton était alors arrivé. Cette fois, l'acteur irlandais peut endosser le smoking.

De 1989 à 1995, le monde a totalement changé. Fini la Guerre Froide, l'URSS, l'Allemagne est réunifiée... Bien sûr cela a un impact sur James Bond, personnage emblématique de cette époque de tensions entre les deux blocs. De ce fait, les producteurs ont dû trouver de nouvelles idées pour ne pas ressortir toujours les mêmes histoires. Heureusement, les années 90 correspondent également au monde des nouvelles technologies, et les scénaristes ont trouvé de quoi faire de ce côté. James Bond doit empêcher Janus, un syndicat du crime, d'utiliser l'arme satellite Goldeneye afin de provoquer une crise financière. Sauf que Janus se révèlera être Alec Trevelyan, 006 et collègue de Bond, que ce dernier croyait mort. Situation inédite donc.

Dans l'ensemble, le film fait le show, peut-être trop même, et du coup le scénario se trouve perturbé par des séquences contenant des faux raccords. Le pus gros défaut c'est le prégénérique. Certes il est spectaculaire, mais il est affreusement mal écrit et monté, et présente des coquilles énormes. Par exemple, Ourumov tire à belle réelle sur un militaire russe alors qu'il a tiré à blanc sur Alec quelques secondes avant. Qu'en est-il également du deal entre lui et 006, qui est non-expliqué, et pourquoi ce dernier prend-il le risque de se faire tuer par les soldats russes, qui eux, ne sont visiblement pas au courant de l'affaire ? Et ces soucis de scénario continueront tout au long du film. Pourquoi Xenia tue t-elle les deux pilotes sans silencieux, alors que le bateau est rempli de militaires ? Qui est ce barbu qui arrive de nul part lors de la scène du sauna ? Quand il s'échappe du tank et que le train lui fonce dedans, comment James parcourt-il plusieurs centaines de mètres en quelques secondes ? Que font les US Marines planqués à la fin du film et pourquoi n'interviennent-ils pas ? Il me semble aussi que le stylo explosif ne se déclenche pas au bout de trois clics comme prévus. Bref, tout un tas d'éléments montrent que le film a plus misé sur le show que sur une réelle logique dans le scénario. Enfin, le rattrapage et le redressement de l'avion en plein vol marche quand on a quinze ans, mais avec le recul, c'est quand même un peu trop gros.

Image


Sinon, c'est (presque) que du tout bon. Pierce Brosnan n'est pas tout à fait à l'aise dans le rôle de James Bond (il ne le sera jamais pour moi), mais son physique est parfait. Il semble né pour jouer 007. A noter qu'à l'origine il devait porter la barbe pour ce film, mais finalement, cette idée a été abandonnée. Natalya Simonova est une Bond girl assez peureuse, introvertie et étrangère à ce monde d'espions, tout en gardant un fort caractère, comme je les aime en fait. Xenia Onatopp c'est tout l'inverse, c'est la Fatima Blush des temps modernes. Elle en est presque trop vulgaire à la longue. Dommage. Janus/Alec en tant qu'ancien collègue de James Bond est un ennemi inédit. C'est une situation très Bondienne, mais au final ça a tellement été repris, qu'au final on connait le scénario par cœur et que ça gâche notre plaisir. Valentin Zukovsky est un bon personnage, mais il sera plus intéressant et plus développé dans The world is not enough. Quant à Boris l'invincible, il est l'incarnation parfaite du personnage que l'on adore détester. Jack Wade en revanche, une sorte de mix entre Leiter et Pepper, est inutile.

Ce film c'est aussi l'occasion de changer quelques traditions, comme le changement de sexe de M. Judi Dench prend la place de Robert Brown, et devient ainsi la première femme à prendre le rôle. Sa relation froide mais en même temps chaleureuse envers Bond est un régal. Moneypenny change également de visage avec Samantha Bond. Avec ses cheveux longs et ses habits de soirée, rien ne remplacera jamais sa prestation dans Goldeneye, ses trois autres participations étant très mitigées. Quant à Q, il est toujours campé par Desmond Llewelyn, même si ici le rôle sera quasi-anecdotique, puisque la plupart des gadgets qu'il a fourni à Bond ne sera pas montrée. La BMW Z3 de ce film étant par ailleurs une honte, voiture tout sauf Bondienne.

A la bande son, Eric Serra offre une partition moins conventionnelle et plus innovante ; ça passe bien durant le film, alors qu'à écouter seule, c'est une horreur, contrairement à celles de maître John Barry. La chanson de Tina Turner est un régal, mais celle du générique de fin est exécrable. Mitigé donc.

Pour ce qui est de faire le show, Goldeneye assure. Mais il ne faut pas chercher plus loin. De plus, le film a tellement été présent en produits dérivés (surtout en jeux vidéos) qu'à force on connait le scénario par cœur et que ça gâche notre plaisir. De plus, il souffre de problèmes de continuité au niveau du montage, ce qui rend le visionnage un peu chaotique.

Que pensez-vous de Goldeneye ?
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
Marine One
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 37
Enregistré le : 30 août 2011, 14:41

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Marine One » 30 août 2011, 21:03

Difficile encore une fois de ne pas enfoncer des portes ouvertes... Goldeneye a rendu le sourire aux fans de la première heure. Brosnan était très attendu, le teaser nous ayant mis l'eau à la bouche plusieurs mois auparavant. Pierce Brosnan arrive avec une barbe de deux jours que la costumière Lyndi Hemming lui conseille de conserver. On l'aperçoit nettement lors de la séquence du Manticore. Bond revient et il fait "mâle" ! Physique émacié collant parfaitement au Bond des romans (1m83 pour 78 kgs...), Brosnan est le symbole du mâle des années 90. Il est athlétique, sûr de lui et son magnétisme animal répond en écho à celui de Sean Connery dans les premiers films. Le fidèle destrier est présent : l'Aston Martin chevauche vers Monaco en nous offrant une course contre le pur-sang italien de sa future rivale, Xenia. Lorsque 007 arrive au casino, on peut entendre Pierce dans la V.O demander au voiturier "Bonsoir Pierre, ça va bien ?" Le ton est donné. Ce James Bond a ses habitudes dans le grand monde et il est à l'aise partout ! La démarche féline, le smoking impeccable il s'assoit face à Xenia tel Sean face à Sylvia Trench. Mais la joute verbale commence lorsqu'il reconnait l'accent géorgien... Son sixième sens l'alerte. La guerre froide est finie mais le vieux loup russe à la peau dure et le vieux loup de mer qu'est Bond a les dents toujours aussi bien aiguisées. L'infiltration du complexe russe au début du film est le parfait exemple du retour aux fondamentaux. Lorsque l'ombre de Bond se profile au-dessus du garde et qu'il descend en rappel dans le WC sans un bruit pour finalement s'excuser de ne pas avoir frapper... on applaudirait presque ! Une leçon à retenir pour le prochain film avec Craig : humour et force peuvent faire bon ménage avec un soupçon d'élégance qui ne nuit jamais...
L'arrivée d'une femme à la tête du SIS, d'une psychologue pour évaluer Bond, d'une Moneypenny féministe mais aussi très féminine installe James Bond dans une nouvelle ère.

Martin Campbell a redonné vie au héros de toujours. Le pré-générique aurait gagné à utiliser le noir et blanc, comme Campbell le fera pour celui de Casino Royale mais l'entrée en matière est superbe. Le seul faux pas du film est le trop célèbre moment où 007 récupère l'avion en vol. Heureusement le reste du film fera oublier cette malladresse. Bien sûr on ne saura jamais qui a pris la place de Chuck Farrell, ni comment car il semble bien que ce soit un sosie absolument parfait !

On ne peut pas être trop critique envers certains films, comme Goldeneye, car la somme de ce qui emporte l'adhésion est nettement supérieur à ce qui fait défaut. La musique est d'un niveau certes très éloigné de ce qu'offrait John Barry mais Tina Turner offre en contrepartie un générique d'anthologie.

Des défauts, des approximations, des facilités, bien des opus précédents et suivants en ont plus qu'il n'en faudrait pour une telle franchise. Goldeneye est à Bond ce que le Dom Perignon est à notre héros.

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Commander Bond » 30 août 2011, 21:24

Marine One a écrit :Lorsque 007 arrive au casino, on peut entendre Pierce dans la V.O demander au voiturier "Bonsoir Pierre, ça va bien ?" Le ton est donné. Ce James Bond a ses habitudes dans le grand monde et il est à l'aise partout !


Je trouve que cette séquence inutile. James Bond est censé selon la description de Ian Fleming avoir un très bon accent français et allemand si je ne m'abuse. Or, toute réserve gardée, l'accent de Pierce Brosnan est horrible. Ce film veut trop en faire mais dérape. C'est évident qu'il a ramené James Bond sur les devants de la scène après six ans d'une trop longue absence, mais il n'empêche qu'il a des défauts surtout au niveau du scénario. Ou alors sous-entends tu que certains films comme Goldfinger, Goldeneye, Casino Royale ou dans une autre mesure The spy who loved me sont incritiquables car ils ont redonné vie en quelque sorte à la saga ? C'est une façon de voir les choses mais je ne la partage pas... Ou alors je me méprends et tu n'as pas voulu dire ça.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
Marine One
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 37
Enregistré le : 30 août 2011, 14:41

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Marine One » 30 août 2011, 22:58

Je veux dire que l'on peut être toujours matière à être critique et à tirer un film vers le bas au lieu de voir ce qui le hisse parmis les meilleurs. C'est un choix. On peut ne pas aimer, comme moi, Diamonds are forever mais je sais lui trouver des aspects positifs. Faire la nuance entre ce qui est objectivement un handicap et ce qui relève du point de vue personnel, de ses goûts.
Si tu trouves cette scène inutile, alors dans un film comme Quantum of Solace tu y trouve ton compte, car il y a tellement peu de scène qui sert à faire les transitions qu'on passe sans souffler d'une séquence dans un pays à une autre, ailleurs !

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Commander Bond » 30 août 2011, 23:33

Tous les avis que je donne sur les films ou livres sont purement personnels et je ne souhaite en aucun cas refléter ni même essayer de refléter une idée générale. Si ma syntaxe fait ressentir cela, je tâcherai d'y remédier. Pour en revenir à Goldeneye, je pense qu'on ne peut pas nier les gros soucis de continuité que pose le scénario, surtout au niveau du PTS vis-à-vis du reste du film. C'est surtout ça moi que je remarque quand je regarde le film. On ne peut pas nier non plus certaines qualités qu'a le film, c'est absolument vrai. Et Quantum of Solace n'est pas le sujet ici, même si le rythme (trop ?) rapide du film, je ne le nie pas, mais j'y trouve un intérêt.

Au passage, je rappelle un petit principe de la charte. Je ne dis pas ça forcément pour toi Marine One, car c'est vrai que tout le monde utilise "les codes" et dans la mesure du possible j'édite les messages, mais je préférerai que tous les membres écrivent les noms des films en entier, et non en abréviation du type TWSLM ou On her Majesty's secret service. Car même si pour l'instant tout ceux qui fréquentent le site sont -je pense- des habitués du "langage des forums James Bond", c'est dans un souci d'être compris si des personnes pas forcément habituées visitent le site. Merci.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
Marine One
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 37
Enregistré le : 30 août 2011, 14:41

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Marine One » 31 août 2011, 07:08

C'est une très bonne remarque d'éviter les acronymes j'en prends note et j'y ferais attention.
Il sera plus difficile de ne pas faire des parallèles entre les films. J'ai fais partie d'un petit forum il y a quelques temps qui avait ce type d'exigences parmis beaucoup d'autres. Je crois qu'il n'existe plus. Eviter le HS est un principe important mais pour bien analyser un sujet quel qu'il soit, les mises en perspectives et donc les comparaisons sont indispensables. Un sujet pris indépendamment de son ensemble ne peux pas être traité comme un tout. Je ne sais pas si je me fais comprendre ?

Avatar de l’utilisateur
Olricc_
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 501
Enregistré le : 18 oct. 2011, 22:43

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Olricc_ » 19 oct. 2011, 02:26

A propos de GoldenEye (1995)

Le but étant de faire entendre son avis et de débattre, je préfère ne pas trop m'attarder dessus pour pouvoir mieux répondre ensuite en cas de débat car je sens déjà les divergences d'opinions (et j'adore ça soit dit en passant). Je vais être direct, GoldenEye est pour moi une réussite sur tous les plans.
En fait j'ai même du mal à cerner ce qu'on lui reproche exactement. Pour moi, ce film est brillant en tout points. Tout d'abord, le casting. Irréprochable. Comme tu l'as dit toi même Commander, Brosnan semble être "né pour jouer 007" et c'est bel et bien le cas. Il est tout à fait admirable et sa prestation dans ce film est la meilleure qu'il fera en quatre films. Il semble même être une parfaite synthèse de tous les Bond précédents tout en gardant une signature qu'il lui est bien propre : cette discrète nonchalance et cette façon d’intérioriser tout ce qu'il éprouve. Et ça, Brosnan le joue avec subtilité, précision et prestance.
Parlons maintenant du caméléon Sean Bean souvent oublié. Récemment vu dans Game of thrones où il tient le rôle principal, cet acteur est pour moi le pilier de ce film formidable. Son jeu est à la fois juste dans la diction et dans les regards. L'acteur disparaît et laisse place au personnage uniquement. Il est vraiment convaincant et ce rôle lui va à merveille. Il ne pouvait y avoir quelqu'un d'autre à part lui pour jouer ce rôle si complexe. Alan Cumming a toujours eu l'habitude d'incarner pleinement et de caricaturer ; il est fidèle à lui-même et l'objectif est accomplie : nous adorons détester Boris (pour reprendre ton expression). Quand aux autres, il n'y a rien à redire non plus à l'exception peut-être du personnage de Wade trop bêtement incarné pour ma part. Concernant les Bond girls : Xenia Onatopp pour le plaisir des yeux, Natalya Simonova pour l'émotion et la "profondeur". Tout y est.

D'un point de vue musical, Eric Serra s'en sort haut la main. La musique colle parfaitement au film et à l'ambiance de GoldenEye. Très synthétique pour le coup mais ça correspond avec exactitude au film. Mission accomplie, non ?
Pour ce qui est du visuel (car moi j'adore parler du visuel dans mes petites critiques), le film est tout aussi réussi. Il y en a pour tous les goûts. Neige et froid en Russie, nous avons ; paysages tropicaux cubains sous un beau soleil dégagé, nous avons aussi. Là aussi, c'est tout à fait irréprochable. La musique d'Eric Serra magnifie encore d'avantage ces décors et ces paysages. Question scénario, certes, nous avons déjà vu mieux avec l'excellent The living daylights (par exemple) mais nous avons déjà vu bien pire aussi. En effet, même s'il est simpliste et manque de complexité, l'objectif du film n'est pas là. Il est avant tout axé sur la relation entre Bond et Trevelyan et c'est cela que le film veut développer par dessus-tout. Et de ce point de vue là, c'est réussi incontestablement. L'adversité, la déception de l'un envers l'autre et vice versa, la colère, l'ancienne amitié qui liait les deux personnages : tout est là. Alors oui l'idée d'un satellite menaçant la Grande-Bretagne d'une désactivation totale de tous les systèmes électroniques du pays est assez traditionnelle et a déjà été vu quand on y pense bien... mais sans être banal forcement. Et puis comme je l'ai dit, l'objectif du film n'est absolument pas de faire un scénario à la The living daylights mais de montrer la relation de défi entre les deux anciens amis. Pour les faux raccords et les invraisemblances, on est d'accord.

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Commander Bond » 19 oct. 2011, 12:00

Critique intéressante. Pierce Brosnan est parfait physiquement pour le rôle mais pour avoir revu quelques uns de ses Bond récemment, je trouve qu'il n'apporte une dimension profonde au personnage, comme Roger Moore en fait. Il est plus un 007 de façade. Impeccable pour symboliser le héros, mais c'est plus difficile de l'incarner... Pour la musique d’Éric Serra, je dois dire qu'après avoir vu Léon (1994), j'ai cru entendre les mêmes musiques que Goldeneye... Il ressort un peu la même chose dans les deux films, c'est dommage.

http://www.youtube.com/watch?v=lyLaLqQx ... re=related
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
Olricc_
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 501
Enregistré le : 18 oct. 2011, 22:43

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Olricc_ » 11 févr. 2012, 00:09

Depuis quelques jours je travaillais sur ma critique complète et définitive de GoldenEye. Une longue critique que j'ai enfin posté sur allociné hier soir. Donc au cas vous voudriez la lire, le lien est en-dessous :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-13665/critiques/spectateurs/recentes/

La critique : celle du 10 février par Antonin C.

marsced
Nouveau CJBiste
Nouveau CJBiste
Messages : 16
Enregistré le : 30 nov. 2015, 16:29

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par marsced » 19 avr. 2016, 19:10

Goldeneye fut pour moi une immense déception au moment de sa sortie cinéma. En effet je l'attendais avec impatience ce nouveau film et j'en suis sorti complètement déçu (une première mais malheureusement pas la dernière).
Le premier problème pour moi est Pierce Brosnan , en effet je trouve qu'il nous livre là sa pire interprétation du personnage, de James Bond il n' en a que l'enveloppe physique.
Le deuxième problème vient du scénario qui empile les incohérences l'air de rien (comme par exemple la présumée mort de 006, le vol de l'hélico...).
Ensuite vient la musique qui est je le clame haut et fort la pire BO de la saga.
Je pourrais poursuivre plus en avant mais je ne ferais qu'aligner les points négatifs sur le film .
Je sais que pour certains mon avis sur le film est une hérésie et je suis prêt à en débattre avec vous si vous le souhaitez.

Avatar de l’utilisateur
Sir Godfrey
Section 00
Section 00
Messages : 1872
Enregistré le : 14 juil. 2011, 10:18
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Sir Godfrey » 20 avr. 2016, 14:05

marsced a écrit :Goldeneye fut pour moi une immense déception au moment de sa sortie cinéma. En effet je l'attendais avec impatience ce nouveau film et j'en suis sorti complètement déçu (une première mais malheureusement pas la dernière).
Le premier problème pour moi est Pierce Brosnan , en effet je trouve qu'il nous livre là sa pire interprétation du personnage, de James Bond il n' en a que l'enveloppe physique.
Le deuxième problème vient du scénario qui empile les incohérences l'air de rien (comme par exemple la présumée mort de 006, le vol de l'hélico...).
Ensuite vient la musique qui est je le clame haut et fort la pire BO de la saga.
Je pourrais poursuivre plus en avant mais je ne ferais qu'aligner les points négatifs sur le film .
Je sais que pour certains mon avis sur le film est une hérésie et je suis prêt à en débattre avec vous si vous le souhaitez.


Non, ce n'est pas une hérésie. Sans partager pour autant ta déception vis à vis de ce film, j'avoue qu'il a pris un certain coup de vieux, malgré le fait qu'il ait bercé toute une génération (grâce aussi à sa version jeu vidéo sur N64).
Je trouve en effet pleins de défauts à ce film et Brosnan en fait effectivement partie. Heureusement qu'il s'est confortablement installé dans les films qui ont suivi.
Toutes les infos bondiennes sont sur http://commander007.net

marsced
Nouveau CJBiste
Nouveau CJBiste
Messages : 16
Enregistré le : 30 nov. 2015, 16:29

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par marsced » 22 avr. 2016, 15:39

Concernant Pierce Brosnan je suis entièrement d'accord avec toi. Ensuite concernant mon avis sur le film il est vrai que je ne suis pas trop rentré dans les détails car même 21 ans après la sortie du film il ne passe toujours pas et pourtant j'essaye.
Il est vrai aussi que Goldeneye 64 a été un immense succès et qu'il a peut-être faussé le jugement de certains concernant le film même si c'est un jeu que j'ai adoré .

Avatar de l’utilisateur
Ytterbium
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 669
Enregistré le : 26 oct. 2012, 21:34
Localisation : Royale Les Eaux
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Goldeneye

Message par Ytterbium » 01 mai 2016, 21:16

Disons que je pardonne la prestation moyenne de Brosnan dans Goldeneye, car il s'est beaucoup plus approprié le rôle par la suite. Dans Goldeneye, on sent qu'il veut se la jouer un peu Sean Connery, avec une aisance à la Moore, et au final, ça marche moyennement. Et je te rejoins totalement sur la BO qui est très datée. D'ailleurs, si j'ai bien compris, la production a mis plein de morceaux de Eric Serra a la poubelle, et remixé certains autres pour avoir quelque chose de plus bondiens.

Ensuite, j'aime bien l'histoire de Goldeneye. Un peu daté aujourd'hui, mais tous les ingrédients sont là, et ça reste un thriller très honnête avec de superbes scènes d'actions.

Cela dit, j'aimerais bien aussi savoir comment 006 a survécu à la balle de Ourumov. Ca n'aurait pas été compliqué de rendre ça crédible j'imagine.

Répondre